précipitation


précipitation

précipitation [ presipitasjɔ̃ ] n. f.
• 1471; precipitacion « renversement » méd. 1429; lat. præcipitatio précipiter
I
1Grande hâte. empressement. Avec précipitation. précipitamment. Il « prit le soir même la diligence de Bruxelles avec la précipitation d'un banqueroutier las du commerce des hommes » (Gautier) .
2Hâte excessive apportée à une action. irréflexion; impatience. Désordre et précipitation. bousculade, pagaille. Ne confondez pas vitesse et précipitation. « Évitez soigneusement la précipitation et la prévention » (Descartes). Précipitation à conclure une affaire.
Caractère hâtif et improvisé. Dans la précipitation du départ, il a oublié son passeport.
II
1(1672) Chim. Phénomène physique ou chimique à la suite duquel un corps solide insoluble ( 2. précipité) prend naissance dans une phase liquide. floculation.
2(1868) Au plur. Précipitations atmosphériques, ou absolt précipitations : chute d'eau provenant de l'atmosphère sous forme de précipitations liquides (pluie, brouillard), solides (neige, grêle). Abondance des précipitations. pluviométrie.
3Méd. défenestration .
⊗ CONTR. Lenteur. — Dissolution.

précipitation nom féminin (latin precipitatio, -onis) Caractère hâtif de quelque chose : La précipitation de son départ ne manque pas de nous étonner. Grande hâte, rapidité extrême, voire excessive : S'enfuir avec précipitation. Action chimique par laquelle un corps en solution se sépare de son solvant et se dépose au fond du récipient. Quantité totale d'eau liquide ou solide précipitée par l'atmosphère. ● précipitation (expressions) nom féminin (latin precipitatio, -onis) Précipitation électrostatique, opération industrielle qui permet d'éliminer les poussières ou brouillards contenus dans un gaz en leur communiquant une charge électrique et en les soumettant à un champ électrique qui les amène à se déposer sur un collecteur. ● précipitation (synonymes) nom féminin (latin precipitatio, -onis) Caractère hâtif de quelque chose
Synonymes :
Contraires :
Grande hâte, rapidité extrême, voire excessive
Synonymes :
- soudaineté
- vivacité

précipitation
n. f.
rI./r
d1./d Grande hâte. Se lever avec précipitation.
d2./d Excès de hâte. Maladresse commise par précipitation.
rII./r
d1./d CHIM Passage à l'état solide du ou de l'un des solutés d'une solution.
d2./d (Surtout au Plur.) METEO Précipitations (atmosphériques): la pluie, la neige, la grêle.

⇒PRÉCIPITATION, subst. fém.
A. —[Corresp. à précipiter A]
1. Action de jeter, de faire tomber de haut; résultat de cette action. Sa puissance [de Rubens] est la même pour une précipitation d'anges ou de damnés que pour une ronde de buveurs (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p.133). Qu'elles [trois blessures] étaient de nature à amener la mort en quelques heures, mais qu'elles avaient été, à très-peu d'instants d'intervalle, suivies de la précipitation dans l'eau de l'individu blessé (Gaz. des Trib., 22-23 mars 1875, p.287, 2e col. ds LITTRÉ).
2. CHIM. Réaction qui a pour résultat la production d'un précipité. Précipitation fractionnée. Dans une fabrique de couleurs, l'atelier de précipitation est celui qui occupe le plus grand emplacement (COFFIGNIER, Coul. et peint., 1924, p.59). V. floculation ex. de Gasnier.
P. métaph. Ces deux réformes sont prêtes; un coup léger suffirait à déterminer la précipitation chimique (BARRÈS, Scènes et doctr., t.1, 1902, p.99).
3. MÉTÉOR., au plur. Formes de l'eau à l'état liquide ou solide provenant de l'atmosphère; p.méton., ce qui tombe be ainsi. Précipitations atmosphériques, aqueuses liquides, (pluie, brouillard), solides (neige, grêle). Malgré l'importance des précipitations et de la rosée en montagne, les plantes alpines ont des caractères xénophytiques (PLANTEFOL, Bot. et biol. végét., t.2, 1931, p.542):
1. La quantité des précipitations décroît normalement quand la latitude augmente (...) sur les côtes du Groenland, le total des précipitations diminue très rapidement à mesure qu'on monte vers le nord.
ROUCH, Régions polaires, 1927, p.50.
4. OENOL. Dépôt de crème de tartre (bitartrate de potassium) qui peut apparaître sous forme de petits cristaux dans les vins jeunes exposés au froid (d'apr. LICH. Vins 1984).
B. —[Corresp. à précipiter B]
1. Grande hâte, rapidité excessive. Synon. empressement, impétuosité. Par précipitation. Dans ta précipitation à venir au-devant de moi, ne fais pas comme Mme Jourdan, ne tombe pas dans l'eau, en sautant par-dessus le bastingage du navire (FLAUB., Corresp., 1851, p.135). On chargea les fusils et les carabines, tous ensemble, sans précipitation, avec une gravité solennelle (HUGO, Misér., t.2, 1862, p.336). À ce moment, la porte s'ouvrit avec précipitation, et Jérôme parut (MARTIN DU G., Thib., Belle sais., 1923, p.939).
2. Hâte excessive qui donne à ce que l'on fait un caractère irréfléchi et désordonné. Confondre vitesse et précipitation. Ce que l'impatience et la précipitation avaient fait chez les Grecs, le despotisme des opinions religieuses a pensé le faire chez nous (DESTUTT DE TR., Idéol. 2, 1803, p.6). Le commandant Plée, toujours rond et souriant d'ailleurs, invoqua la «pagaille» qu'un excès de précipitation ne manquerait pas d'apporter, et réussit à faire reculer l'exécution de l'ordre jusqu'au lendemain midi (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p.74):
2. L'événement a levé ce qu'il pouvait rester de doutes et montré la sagesse de cet atermoiement, alors que la précipitation risquait de tout compromettre.
GIDE, Journal, 1943, p.241.
REM. Précipiteux, -euse, adj., région., vieilli. Qui fait preuve d'un caractère brusque, vif et irréfléchi (supra B 2). Faisons la paix sur cette chose-là et n'y pensons plus. Peut-être que j'ai été un peu trop précipiteux dans mes paroles (SAND, Fr. le Champi, 1848, p.90). Il avait bien jugé l'humeur de la petite Mariette, qui était précipiteuse et combustible comme celle de son défunt frère (SAND, Fr. le Champi, 1848, p.157).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist. A. 1. 1362-65 [ms. de 1429] méd. «expulsion (de l'arrière-faix)» (MARTIN DE SAINT-GILLE, Amphorismes Ypocras, éd. G. Lafeuille, V, 49, p.86: a la precipitation de la marriz); 2. a) déb. XVIes. «chute, ruine» (J. FOSSETIER, Chron. Margaritique, ms. Bruxelles, 10509, f° 89 r° ds GDF. Compl. : ruyne ou precipitation) sens incertain; b) 1527 «action de jeter d'un lieu élevé» (J. BOUCHET, Panégyric de L. de La Trémoille, éd. Buchon, p.791 ds Fonds BARBIER: mort [...] par feu, par glayve, par precipitation); 3. 1663 chim. (Chr. GLASER, Traité de la chim., Paris, l. 1, p.25: la precipitation se fait pour le moyen des sels lesquels versez sur la dissolution); 1924 précipitation fractionnée (Mme P. CURIE, Isotopie, p.20); 4. 1874 météor. (Lar. 19e t.11, p.148a, s.v. météorognosie: la nature et la quantité de la précipitation aqueuse); 1907 précipitations atmosphériques (BOULE, Conf. géol., p.58); 1927 précipitations (supra ex. 1). B. 1. 1471 «action de presser quelqu'un» (Ordonnances des Rois de France, t.17, p.436: par precipitation de requerans); 2. 1486 «hâte excessive» (Reigle Mgr St Benoît, f° 58 d, éd. 1486 ds GDF. Compl.). Empr. au lat. praecipitatio (dér. du verbe praecipitare, précipiter) «chute», lat. chrét. «chute, ruine; précipitation, irréflexion» (BLAISE Lat. chrét.); lat. sc. médiév. precipitatio matricis au sens A 1 (av. 1250 ds LATHAM). Au sens A 3, cf. l'angl. precipitation (1612 ds NED). Fréq. abs. littér.:398. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 702, b) 579; XXes.: a) 332, b) 582. Bbg. VAGANAY (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t.32, p.131.

précipitation [pʀesipitɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1471; precipitacion « renversement », terme de méd., 1429; lat. præcipitatio, de præcipitare. → Précipiter.
———
I
1 Grande hâte. || Avec précipitation (→ Malheur, cit. 16; paquet, cit. 9; paraître, cit. 10). || Avec une précipitation forcenée (→ Dégoiser, cit. 2). Brusquerie, empressement, frénésie. || Précipitation dans la course. Impétuosité (→ Entraver, cit. 5).Allure rapide, accélération (→ Désordre, cit. 11).
1 Ce Jason d'une nouvelle espèce, en quête d'une autre toison d'or, prit le soir même la diligence de Bruxelles avec la précipitation d'un banqueroutier las du commerce des hommes et sentant le besoin de quitter la France (…)
Th. Gautier, la Toison d'or, I, in Fortunio.
2 (…) cette enragée petite sonnette qui s'agite au pied de l'autel avec une précipitation infernale et semble dire tout le temps : « Dépêchons-nous, dépêchons-nous » (…)
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « Les trois messes basses », II.
2 (Fin XVe). Hâte excessive apportée à une action, une opération. Irréflexion; impatience. || Précipitation dans le travail (→ Assumer, cit. 4). || Désordre et précipitation. Bousculade, pagaïe. || Fautes commises par précipitation, pécher par précipitation (→ Créer, cit. 22; frustrer, cit. 6; ingénument, cit. 1). || « Éviter soigneusement la précipitation et la prévention » (→ Évidemment, cit. 1, Descartes). || Livres écrits avec précipitation (→ Nouveauté, cit. 1). Six (à la six-quatre-deux).Caractère hâtif et improvisé. || La précipitation d'un départ imprévu.
3 S'il fallait choisir, j'aimerais mieux la mollesse qui laisse aux hommes le temps de devenir meilleurs, que la sévérité qui les rend pires, et la précipitation qui n'attend pas le repentir.
Joseph Joubert, Pensées, Titre préliminaire.
3 (Fin XIXe). Rare. Le fait de se précipiter (vers un lieu, dans une direction).
———
II (1672). Chim. Phénomène physique (variation de solubilité) ou chimique (réaction) à la suite duquel un corps solide insoluble ( 2. Précipité) prend naissance dans une phase liquide (→ Chimie, cit. 1; détonation, cit. 1). Floculation.Précipitation fractionnée : méthode physico-chimique permettant de précipiter successivement certains des constituants d'une solution en faisant varier soit la proportion du réactif ajouté, soit les conditions du milieu.
tableau Vocabulaire de la chimie.
———
III (V. 1875, Faye, « abondantes précipitations de vapeurs », in P. Larousse, Deuxième Suppl., art. « Grêle »). Par métonymie. Météor. (surtout plur.). || Précipitations atmosphériques, ou précipitations : chute d'eau provenant de l'atmosphère, sous forme de précipitations liquides (pluie, brouillard), ou solides (neige, grêle). || Abondance des précipitations. Pluviométrie (→ Cavité, cit. 1). || Précipitation occulte : condensation invisible d'eau (brouillard, rosée).
CONTR. Atermoiement, lenteur. — (Du sens II) Dissolution.

Encyclopédie Universelle. 2012.